GILETS PARE BALLES, hiver 2019

Les Gilets Pare Balles de la Brigade réutilisent les chutes de sa précédente série. Brigade créé des pièces inédites, reprenant tous les codes de l’équipement paramilitaire.Le recyclage d’anciens matériaux pour en faire des gilets est d’abord un clin d’œil aux éboueurs de Marseille, dont l’histoire turbulente fait partie de la ville politiquement,
visuellement et olfactivement. En passant le pas de la récupération, Brigade
montre également qu’elle est une entreprise attentive aux enjeux de sa cité et
de son temps. Le design des gilets rappelle aussi ceux portés par la BAC, une autre institution pittoresque de la ville. Le thème de la collection se veut urbain, voir sulfureux. Les coupes
elles restent pointues, le montage est d’ailleurs cousu main.

 

 
L’Hiver nous a rendu malades
La trésorerie a le Scinfus
L’expert comptable de ta Brigade
Bafouille comme Robert Louis Dreyfus
Dans les cartons restent des brassards
De quoi enrouler tout Marseille.
Et au Poli y a des des soifards
Qui ont pas tout claqué dans la teille.
On aurait pu prendre le large
Mais toute l’équipe à des requins
Et n’envoie rien à la décharge
Si les cabots ont encore faim
Voici la veste blindée qu’arrête
Pas plus de balles que le gros Steve
Bon pour balancer des canettes
Lorsque la Plaine se soulève
Va pas faire la révolution 
avec un gilet Pare-Balec
Quand faudra sauver la nation
On mettra l’maillot des fennecs
Des gars sapés comme des triades
Et ils sont armés comme dans Doom
C’est pour l’élite de ta Brigade
Venue parachutée d’Endoume

 

CAPITAINES, été 2018

La collection Capitaine propose des T-Shirts blancs surmontés sur la manche gauche d’un brassard de couleur. Chaque Brassard représente un quartier, dont le porteur en est l’ambassadeur, le capitaine. L’aspect militant, assumé, de la démarche est néanmoins désamorcé par le caractère humoristique des messages affichés : « Corniche La Police », « Yes We Canebière » chaque Brassard détourne des slogans politiques.

Les produits, conçus en coton français de qualité, sont assemblés à l’atelier fil rouge de Marseille.

Le jour se lève comme une revanche
Sur Marseille et ses côtes froissées
Qui pourrait croire les lumières blanches
qu’on trouve tout au fond des Phocées…
 
On a stoppé le RER
Car ce sera cette ville ou rien
Partis sur les deux hémisphères
On s’est dit « va, vit, et revient »
De retour pour tout faire sauter
dans une cité déjà détruite
Duo ambitieux empoté
Recherche une armée en terre cuite
Loin des états, loin des blasons
On s’est fabriqué des drapeaux
Face à la mer, sur nos maisons
On s’est inventé des châteaux
Et des rues à reconquérir,
Et des frérots en embuscades,
Et des cagoles pour qui périr…
 
On s’est créé une BRIGADE